La Seigneurie de Choignes

Temet nosce « Connais-toi toi-même. »


  • Poster un nouveau sujet
  • Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

De la poursuite de retrouvailles

Partagez
avatar
Haironthe Sciphanius
Disparu(e)

Messages : 141
Localisation : Chambéry, Savoie

De la poursuite de retrouvailles

Message par Haironthe Sciphanius le Dim 23 Aoû - 20:53

Irina venait de prendre position dans le coche. A son tour, Haironthe prit place comme la jeune femme ajouta :

-Il m'arrive parfois de songer à ce qu'aurait été notre vie si celle-ci ne vous avait point joué de mauvais tour au jour de votre anoblissement... Peut-être auriez-vous fini par me demander de vous épouser...

Notre homme de se fendre d'un sourire, une lueur nouvelle dans le regard.

- Ce n'est pas "peut-être". C'est certain. Je porte d'ailleurs à cet égard précis un regret...éternel...

Légère pause avant de reprendre :

Concernant mes désirs judiciaires. Je sais hélas qu'ils sont plus chimériques qu'autre chose. J'ai surtout à coeur de me rendre utile au service de mon duché. Le reste, in fine, importe peu.

-...peut-être aurions-nous vécu en ce fief au abord de l'Italie et passé nos étés en Provence, là où j'ai vécue enfant...

Haironthe se pencha, prit les mains de la jeune femme dans les siennes et reprit :

- Je vous fais la promesse, Irina Liszt de vous amener, sous peu, sur l'une de ces plages de Provence et dans l'un des charmants villages du nord de l'Italie.

Posant son regard dans les prunelles azurées de la jeune femme, Haironthe prit quelques instants comme pour attester de la véracité de ses propos.

L'attelage s'élança alors. L'intérieur était confortable et la lumière rougeoyante du jour mourant semblait jouer sur le visage d'Irina. Alternant entre ombre et lumière ce jeu de lumière sublimait encore les traits de la jeune femme.


_________________
avatar
Irina

Messages : 258

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Irina le Dim 23 Aoû - 21:34

Le coche s’ébranla et cette-fois, Irina n’observa point le paysage défiler sous ses yeux. Son regard restait posé sur celui qui tenait encore ses mains dans les siennes.

Haironthe a écrit:- Ce n'est pas "peut-être". C'est certain. Je porte d'ailleurs à cet égard précis un regret...éternel...

Elle acquiesça à ses mots d’un signe de tête sans en ajouter d’autres, comprenant aisément ce qu’ils signifiaient. On ne peut avoir de regret que lorsque l’on ne peut ou ne veut renverser les dits remords. Haironthe n’avait donc pas l’intention de la courtiser, elle devait s’y résigner et apprendre à se satisfaire des élans d’affection qu’il lui prodiguerait, comme la chaleur de ses mains contre les siennes.

Haironthe a écrit:- Je vous fais la promesse, Irina Liszt de vous amener, sous peu, sur l'une de ces plages de Provence et dans l'un des charmants villages du nord de l'Italie.

Elle le regarda avec un sourire, songeant au plaisir d’une balade, pieds nus, sur une plage afin d’en humer les effluves salines.

-Ne promettez rien, pour l’heure… la province est à feu et à sang, je ne sais pas quand je pourrais me libérer des obligations qui m’incombent.

Elle regarda leurs mains enlacées et son regard revint sur le visage de l’homme.

-Pourtant, rien ne me plairait plus qu’un voyage en votre compagnie… en Italie, en Provence…qu’importe la destination !

Un autre sourire pendant que le carrosse s’agitait sur les routes champenoises dans la fin du jour. À l’intérieur, le silence régnât pendant quelques minutes, laissant les occupants dans un cocon doux, les mains d’Irina dans celles d’Haironthe pendant qu’ils traversèrent la ville, puis les routes fermières qui les menèrent jusqu’aux terres de Choignes. Irina se sentit bien ainsi, songeant combien la simple présence d’Haironthe savait la calmer et la rendre souriante à la vie future.
Puis vint le petit promontoire à quelques lieues du castel qui donnait une vue sans pareil aux bâtiments seigneuriaux et particulièrement au château. Le cocher ralenti l’attelage et Irina regarda par l’huis, montrant de sa main libre la paysage aux accents fauves où se dessinait la majesté du castel.


-Nous y sommes…


_________________
avatar
Haironthe Sciphanius
Disparu(e)

Messages : 141
Localisation : Chambéry, Savoie

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Haironthe Sciphanius le Dim 23 Aoû - 22:38

-Ne promettez rien, pour l’heure… la province est à feu et à sang, je ne sais pas quand je pourrais me libérer des obligations qui m’incombent.

- Mais la guerre ne dure jamais. Champagne et Savoye ne sont point si éloignées que cela...

Clin d’œil à l'endroit de la propriétaire de l'attelage. Haironthe faisait là montre de son éternel optimisme, optimisme qu'il conservait en toute circonstance.

La suite du trajet se passa dans un doux silence, leurs deux personnes bercées par le roulement du coche. Leurs mains ainsi réunies, l'homme ne souhaitait en rien rompre ce contact. Irina n'avait jamais quitté son esprit et il lui apparut, plus clairement que jamais, qu'elle seule pouvait être son futur. Fasciné par le visage de son vis-à-vis, baigné par la lumière du soir qui y faisait briller une infinie palette rougeoyante de couleurs, Haironthe ne put détacher son regard de celui de la jeune femme. Son cœur, quant à lui, était troublé par des élans qu'il avait cru pour toujours disparu.

Ils atteignirent alors la demeure de Choignes. Celle-ci, juchée sur une petite hauteur se découpait avec majesté sur le paysage. Magnifique vision. La campagne champenoise s'étendait tout autour, formant tel un écrin protecteur autour des bâtiments. La porte s'ouvrit et Haironthe descendit le premier, sa main toujours dans celle de la jeune femme. Une fois hors du coche, il tendit ses bras pour aider la maîtresse des lieux à descendre.

Il ajouta :


- La vue est magnifique. Puis, troublé, poursuivi : Comment pourrai-je vous quitter une fois dans ce lieu ?


_________________
avatar
Arthur
PNJ

Messages : 32
Age : 24

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Arthur le Dim 23 Aoû - 23:27

Elle était de retour. J’avais vu l’attelage s’élancer du promontoire, guettant la route avec attention depuis le balcon du petit salon où j’avais dressé la table du diner. Lorsque le carrosse entra dans la cour, la cuisinière était informé que la Dame de la maison était proche de son repas et le garçon d’écurie attendait, droit comme un piquet au centre de la cour. J’avançai vers le coche afin d’ouvrir à Dame Irina quand j’eu la surprise de voir descendre Messire Sciphanius qui tendait le bras à ma Maitresse.

La vue de l’homme me saisit, ignorant qu’il fut encore vivant ou même en contact avec Dame Irina. Je fis un pas vers eux, m’inclinant poliment en ajoutant d’une voix neutre.


Bienvenue, Messire Sciphanius. Espérant que vous vous portez bien et que vous vous plairez ici-lieu.

Se tournant vers ma Maîtresse, je l’interrogeais sur ses projets afin de mettre la maison au diapason de ceux-ci.

Dame… J’ai fait préparer le menu proposé ce matin, votre diner sera prêt dès que vous le désirerez. Dois-je ajouter un couvert pour votre invité ?

Ce n’était pas la meilleure approche, j’aurais sans doute dû attendre qu’elle m’informe de ses intentions mais je savais qu’elle ne m’en tiendrait aucunement rigueur si satisfaite qu’elle était de l’état des comptes que je lui avais montré au matin. Il s’avérait que j’étais un administrateur plus efficace qu’un diplomate ayant réussi à redresser les finances de la seigneurie pour lui éviter le gouffre dans lequel elle s’effondrait.

Me redressant, je regardais le couple que formait Dame Irina avec Messire Sciphanius. Elle semblait calme et contente, son visage rosi par la chaleur rayonnant d’une félicité nouvelle.
avatar
Irina

Messages : 258

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Irina le Lun 24 Aoû - 1:02

Ils arrivèrent au moment où le soleil disparu derrière les collines, quand les ombres n’existent plus et que les contours sont moins nets. Irina descendit du coche en souriant à Haironthe

Haironthe a écrit:Comment pourrai-je vous quitter une fois dans ce lieu ?

Elle sourit davantage, laissant un petit rire enfantin glisser hors de sa bouche en répondant spontanément à l’homme :

-Il vous faudra rester.

L’œil espiègle, Irina glissa sa main sur le bras de son invité en faisant quelques pas vers la porte de sa demeure où Arthur les attendait. Le jeune domestique avait impressionné Irina en prenant les guides de la seigneurie avec une main de maître. Il avait su asseoir son autorité sur les domestiques déjà établis et replacer une partie des finances défaillantes par les excès, puis les absences, des seigneurs précédents. Si le château n’avait pas encore complètement retrouvé le lustre d’autrefois et les habitants l’aisance de meilleurs jours, cela ne saurait tarder et la nouvelle Dame de Choignes devait ce changement au jeune Arthur.

Arthur a écrit:Dame… J’ai fait préparer le menu proposé ce matin, votre diner sera prêt dès que vous le désirerez. Dois-je ajouter un couvert pour votre invité ?

Irina salua le valet d’un signe de tête.

-Peux-tu faire dresser la table dans le petit salon de l’étage ? C’est une des pièces les plus tempérée et ouvre les portes fenêtres en grands, je te prie et ajoute un couvert…

Se tournant vers Haironthe, elle lui fit un clin d’œil.

-…Messire Sciphanius se joindra à moi pour le dîner.
Pour le moment, nous mourrons de soif, fais monter du vin et de l’eau fraîche pour nous désaltérer en attendant le dîner.


Elle guida Haironthe dans le château, traversant le grand hall sous le regard immortalisé de toutes les Dames de Choignes l’ayant précédé, figées en une pose sage sur les toiles tapissant les murs de l’entrée. Gravissant la première marche de l’escalier, Irina se tourna vers son invité.

-Je ne peux vous laisser partir sans vous désaltérer et vous restaurer. Nous pourrons discuter à notre aise là-haut, le petit salon offre un petit courant d’air fort agréable en ce temps de chaleur estival… Vous pouvez rester aussi longtemps que vous voulez...je puis faire quérir vos effets à Troyes.

Regardant les portraits qui les entouraient, elle ajouta :

-Allons donc à l'étage, nous serons loin des regards indiscrets de ces Seigneurs, ce qui me permettra de vous raconter l’histoire de la malédiction de Choignes… Vous pourrez aussi visiter chaque recoins du château si cela vous fait envie…

Reposant ses yeux bleus dans ceux grisés d’Haironthe, elle ajouta dans un murmure :

-Il me plait d’avoir un invité… Plus encore que ce premier invité ici-lieu soit vous, mon cher Haironthe.

Elle lui sourit sincèrement, heureuse d'être de nouveau avec lui, étonnée de cette aisance qui la prenait en sa compagnie mais surtout calmé de ses angoisses quotidiennes qui n'avaient cessées de la prendre dans les derniers mois. En serrant légèrement le bras de l'homme, elle l’entraîna dans l'ascension de l'escalier vers l'étage.


_________________
avatar
Haironthe Sciphanius
Disparu(e)

Messages : 141
Localisation : Chambéry, Savoie

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Haironthe Sciphanius le Lun 24 Aoû - 12:05

-Il vous faudra rester.

La réponse ne tarda point. C'est presque dans un murmure que l'homme ajouta : En effet.

Bienvenue, Messire Sciphanius. Espérant que vous vous portez bien et que vous vous plairez ici-lieu.

Haironthe reconnut la voix d'Arthur, le domestique d'Irina. Celui-ci semblait  être toujours à son service, véritable modèle de loyauté. Notre homme de se retourner et de le saluer à son tour :

- Je vous remercie. Je me porte...regard vers Irina, un léger sourire sur lèvres...merveilleusement bien. J'espère qu'il en va de même pour vostre personne Arthur.

Irina l'entraîna alors à travers l'entrée du château. Sur les murs étaient disposés les portraits des Seigneurs et Dames de Choignes. Haironthe de sourire comme ils passaient devant celui de la nouvelle maîtresse des lieux. Le peintre avait choisi de représenter la Dame dans des teintes rougeoyantes. Choix judicieux pour un tableau exquis.

-Je ne peux vous laisser partir sans vous désaltérer et vous restaurer. Nous pourrons discuter à notre aise là-haut, le petit salon offre un petit courant d’air fort agréable en ce temps de chaleur estival… Vous pouvez rester aussi longtemps que vous voulez...je puis faire quérir vos effets à Troyes.

- C'est avec joie que je vous suis. Mes affaires ? Oui c'est vrai ; je les avais presque oubliées. Léger rire. Je vous remercie de cette attention. Elles sont restées à l'auberge dans laquelle j'ai fait halte, la seule de la ville. Voyageant léger, je n'ai qu'une seule malle.

Haironthe d'adresser un sourire joueur à la jeune femme.

- Aussi longtemps que je le souhaite ? Et bien il est fort possible que je me perde dans les couloirs de ce castel champenois ou bien - qui sait ? - en contemplation devant vostre portrait...

Quant à la malédiction, voilà bien une histoire qui me plairait grandement d'ouïr ! Ces contes mêlant sombres desseins, malédictions et vieilles demeures sont très souvent passionnants !

-Il me plait d’avoir un invité… Plus encore que ce premier invité ici-lieu soit vous, mon cher Haironthe.

La jeune femme serra légèrement le bras de l'homme comme pour appuyer ses propos. Tournant ses yeux gris vers les azures d'Irina, Haironthe de répondre :

- Et il me plaît d'estre ce prime invité.

Comme pour souligner sa phrase, l'homme releva le bras sur lequel était posé la main de la Dame de Choignes afin de, délicatement, saisir cette main dans la sienne. Ainsi, il se laissa conduire jusqu'au petit salon.


_________________
avatar
Irina

Messages : 258

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Irina le Lun 24 Aoû - 18:21

Haironthe a écrit:- Aussi longtemps que je le souhaite ? Et bien il est fort possible que je me perde dans les couloirs de ce castel champenois ou bien - qui sait ? - en contemplation devant vostre portrait...

Irina éclata de rire et serra la main d’Haironthe avait prit dans la sienne.

Ma Foi ! Vous pouvez vous perdre autant qu’il vous plaira ! Je finirais par vous retrouver !

Elle rit de nouveau de bon coeur.

Quant qu’au tableau me représentant, il a été réalisé il y a maintenant quelques années … Mon défunt époux avait eu l’idée loufoque de commander une représentation de ma personne afin d’en orner notre demeure d’Annecy. Ce tableau a absorbé une somme importante des écus destinés à notre maisonnée…une de ses nombreuses folies qui ont fait de moi une veuve endettée à mon retour en Savoie l’an dernier…

Elle plissa les lèvres à ce souvenir en gravissant les marches de l’escalier.

J’ai du mal à imaginer que ma vie d’avant fut si frugale…si difficile…quand je regarde ce château… comment je peux maintenant vivre... Cependant, je suis bien consciente qu'il est possible de je tout perdre du jour au lendemain.

Irina s’arrêta au milieu de l’escalier et regarda Haironthe dans les yeux.

S'il y a une leçon que j'ai apprise, c'est que rien ne nous est acquis, tout peut disparaître…mais certaines choses restent immuables, comme certains sentiments par exemple.

Il était vrai que l’année avait été difficile et qu’Irina avait trouvé des joies éphémères en les croyant solides et durables. Cela n’avait été que poudre aux yeux brûlant considérablement le cœur et l’âme. Elle avait apprit de ses erreurs sachant désormais que les bijoux les plus brillants sont souvent faux, tandis que les véritables joyaux sont discrets mais éternels.

Du pouce ganté de dentelle, elle caressa le dos de la main d’Haironthe puis le guida vers le haut de l’escalier, prenant le couloir de droite vers le petit salon
.


_________________

Contenu sponsorisé

Re: De la poursuite de retrouvailles

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 10:57